Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 21:06
Pour le home cinema, j'ai installé les inspirations Cremona Auditor. Seulement voilà, ma centrale Atohm Hegoa, bien qu'étant une très bonne centrale, ne se raccorde pas très bien aux duos Scan Speak / Vifa XT25, plus rapides et précis.
Donc je change.

Comme c'est pour une enceinte centrale, je n'ai pas trop envie de refaire une inspiration Cremona et de la coucher. Il me faut donc une caisse pour le Scan Speak et j'ai choisi une solution plus originale pour le tweeter : il sera débafflé sur le dessus de cette caisse et inclus dans une ogive.

Pour inclure le tweeter dans une ogive, le XT25TG30-04 est un peu trop gros (10,4cm de diamètre). Mais il existe aussi avec un moteur et une platine plus petits : c'est le XT25SC90. Il ne mesure que 6,5cm de diamètre, ce qui colle plus à mon projet.

Le filtre est donc inchangé, le voici :
undefined
C'est le même filtre série que celui des principales.

La caisse du Scanspeak reprendra le design des pricipales, sans les côtés cintrés mais avec la face supérieure bombée et une façade chanfreinée et recouverte avec du cuir.

Pas facile de dessiner une ogive avec Sketchup mais on y arrive. La simulation n'est pas à l'échelle et il n'y aura pas de décalage vertical entre le tweeter et le bas médium (l'ogive sera aussi un peu plus fine).

On va essayer de s'approcher de ça :

Le volume de la caisse est de 8 litres net, l'évent mesure 5,5cm de diamètre et fait 13cm de long.

On commence par l'ogive du tweeter.
J'ai une poutre en tilleul sec. C'est un bois au fil assez fin. Ca sera parfait. Au commencement, ça ressemble à ça :
Puis on met au rond :
Avec la gouge à dégrossir, ça dépote :
Ensuite on calibre en fonction du plan que j'ai fais pour avoir quelques repères :
On vérifie au pied à coulisse
Ensuite on peux profiler à la gouge
En cours
Et enfin, on peux poncer sur le tour
Temps total pour l'ogive : moins d'une heure.

Ensuite, on passe à la caisse. Pour la boite, rien de particulier. Assemblage à lamellos. Par contre le sessus a un traitement de faveur, il est bombé. Le gabarit d'Anthropovergnat pour défoncer en courbe :
Je me suis un peu loupé sur un bord, ça sent la patabois!
Je me suis approché de la forme finéle au rabot, puis défonçage, puis rabot pour bien égaliser :
Ensuite on passe à la façade. Ce coup ci, pas de ponceuse ni de rabot électrique, que du manuel :
Pas de poussière partout dans les narines, que des gros copeaux par terre. Pas de bruit non plus, que du bonheur, je deviens accro à cet outil :

Ensuite, il faut réaliser un arrondi concave sur le dessous de l'ogive pour qu'elle se raccorde au dessus de la caisse. On réalise un gabarit pour la maintenir en place. Tout d'abord, un gabarit en L :
undefined
Puis on fixe l'ogive dessus
undefined
Et on passe tout ça sur la balançoire
undefinedVoici le résultat avec un méchant rappel à l'ordre en ce qui concerne la défonceuse : toujours utiliser une fraise correctement affutée
undefined
Et voilà le résultat  avec  la façade collée et l'enduit passéundefinedBon, l'enduit a séché, j'ai poncé, on peut continuer : j'ai retravaillé un poil l'arrondi du dessus de la façade pour que le raccord entre l'ogive et la caisse soit nickel :
undefined
undefinedEt j'ai fais la future base du pied. Les deux mièces avec leur couche d'apprêt pendant le séchage :
undefined
Bon, la mise en peinture du pied et de l'ogive est faite. Ce n'est pas parfait mais je m'arrête là. L'idéal serait de faire du poli lustré : d'abord de l'apprêt, puis peinture, puis plusieurs couches de vitrificateur et enfin ponçage et polishage du vitrificateur mais je ne le sens pas trop sur une surface courbe. Voici l'ogive :
undefinedundefined
Ensuite on passe à l'étape qui me faisait le plus peur : remettre le tweeter dans l'ogive. En séchant, le bois s'est beaucoup rétracté, donc il a fallu écarter les joues de l'ogive pour réincruster le tweeter. Voilà le résultat :
undefinedEt moi qui avais peur que la peinture s'écaille... Il n'y a plus qu'à recommencer mais en mdf cette fois.

Finalement, après réflexion, l'ogive ne sera pas en mdf. Je vais tenter un truc : le tournage de bois collés. J'ai collé 4 pièces de bois exotique en intercallant des feuilles de placage de sycomore pour contraster. Le bois exotique + le collage, ça ne devrait plus bouger dans le temps.
Voici le résultat brut de tournage ponçage :

Sur cette photo, on voit bien les 4 pièces et les feuilles de placage
Le bois a un dessin sympa, ça fait des vaguelettes :

Et le revoilà avec une couche de finition : huile danoise :

Essai concluant (appréciation de madame!)


Ensuite, il a fallu trouver une teinte qui s'accorderait avec celle de l'ogive pour les côtés et l'arrière. Le bois à teinter est du cp de bouleau. J'ai trouvé une teinte merisier qui est dans les mêmes nuances.
La première couche a donné la même couleur mais elle n'était pas très jolie et uniforme. La deuxième couche fonce un peu plus mais ce n'est pas trop gênant :

La couche de finition et les égrnages vont un peu éclaircir le tout.
Pendant le séchage, j'ai tendu le cuir sur l'enceinte et vérifié le raccord avec l'ogive

Après un essai infructeux de vernis sur les côtés teintés (le vernis a dilué la teinte qui n'était vraisemblablement pas assez sèche), j'ai tout repassé au racloir et recommencé : teinte (une seule couche ce coup-ci) puis huile danoise avec égrnage entre couches à la laine d'acier :

J'ai collé les plaques de parement finies sur l'enceinte. Malheuresement, elles ont bougé au collage et les angles à l'arrière de la caisse étaient moches.

Un petit truc pour éviter que ça bouge dans ces cas là : j'aurais dû planter deux ou trois clous dans la caisse, puis les couper ne laissant dépasser qu'un ou deux milimètres. Ces clous auraient empêché les plaques de bouger.

Bon, donc ça a bougé et c'est moche. Deux solutions : on recommence tout ou bien on refait uniquement les angles. C'est bien évidemment cette solution que j'ai choisie.
J'ai passé un coup de défonceuse dans les angles et j'ai réalisé des baguettes (avec des chutes de hêtre) pour refaire ces angles propres.

Pendant ce temps là, séchage de la peinture du pied.

Ensuite, le pied est vissé à l'enceinte par l'intermédiaire d'une tige filetée. Les écrous sont vissés solidement sous le pied et dans l'enceinte. Ca ne bougera plus.

Ensuite le filtre :

Prêt à être dévoré par la bête

Dites "Aaaaah". La photo est trompeuse, les tubes du pied sont bien verticaux

Y'a plus qu'à mettre l'amortissant (pas trop), les écrous à frapper (mais pas trop fort) et monter le Scan Speak :

Voilà, y'a plus qu'à installer, roder et profiter ;-)

J'ai quand même changé les vis sur le tweeter :


Et voici ce que ça donne à sa place :

Reste à roder et peaufiner les réglages. Le résultat est à la hauteur de mes espérances : on n'entent plus trois enceintes à l'avant mais une vraie scène sonore. Les voies sortent de l'écran et tout se raccorde bien (avec les petits défauts dûs au manque de rodage de la centrale mais ça va se mettre dans l'ordre).

A bientôt
Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 13:09
Afin de créer un peu plus d'espace, ma moitié et moi voulions agrandir la maison. Nous sommes tombés d'accord que cet espace supplémentaire serait, au moins les premières années, un espace jeux / home cinema ( ...yes !).

Voici la maison avant les travaux :

Le but est de surélever la toiture sur la gauche de la maison.

Donc on a fait sauter cette toiture et on a monté les murs :

Et voici le résultat après quelques semaines :

Voilà, le gros oeuvre est réalisé, il ne nous reste plus qu'à faire tous les aménagements intérieurs : doublage des solives, pose du sol, raccordement au chauffage, isolation, electricité, placo et déco. Les dimensions de la pièce sont les suivantes : L 7m60; l 3m80; h 1m70 d'un côté et 3m10 de l'autre.

Le sol : dalles OSB 22mm classiques assemblées à rainures et languettes et posées sur les solives après avoir intercallé des bandes de sous couche rigide 5mm (pour atténuer les résonnances et les vibrations).

Le placo : pour que les murs ne jouent pas les peaux de tambour, tous les montants sont doublés. L'ensemble est suffisamment rigide.

Electricité : pour prévoir d'éventuelles modifications, j'ai tiré une ligne depuis l'arrivée du courant vers un deuxième tableau indépendant pour cette pièce.

Eclairage : Il y a trois zones : une avant, une centrale avec variateur et une arrière. Toutes trois télécommandables (IR). Pour le fun, j'ai rajouté le long du mur le plus haut une rangée de petites leds (éclairage d'appoint pendant une vidéoprojection)

Pour la déco, voici ce que nous avons choisi : cette pièce doit être une pièce à vivre. Les murs et le plafond intégralement noirs étaient hors de question. Seule la partie avant (1/3 de la pièce) du plafond est peinte de couleur sombre. Les murs sont recouverts d'enduit couleur "Terre de Sienne" et on a posé du jonc de mer au sol.

L'aménagement : comme un dessin vaut mieux qu'un long discours :

Traitement du son : le principe est le LEDE (Live End, Dead End) : à savoir l'avant de la pièce absorbante et l'arrière diffusante.
Pour des raisons esthétiques, je n'ai pas travaillé le côté diffusant de l'arrière de la pièce mais le son est satisfaisant comme ça.
La partie avant reçoit un traitement absorbant sur 1m20 de hauteur. Il s'agit de panneaux de laine de chanvre de 100mm recouverte par du tissus.

C'est fou comme ce traitement 'calme' la pièce. Le son est feutré et précis. Même les conversations y sont plus agréables. Juste par ce traitement, la pièce dégage une certaine sérénité, on s'y sent bien, au calme.

La partie projection : j'ai essayé (sans succès) différents systèmes et bidouilles pour fixer un écran classique (déroulant vers le bas) mais je n'ai rien trouvé de satisfaisant : il y a une fenêtre derrière l'écran qu'il faut pouvoir ouvrir et le plafond arrive au plus bas à 1m70. Donc un carter d'écran arrive en plein millieu de la fenêtre.
J'ai finalement trouvé mon bonheur chez Oray qui propose un écran déroulable vers le haut et qui s'enroule dans un carter assez esthétique.
http://www.son-video.com/Rayons/HomeCinema/Ecrans/Oray/FlyMono/FlyMono.jpg
C'est un écran au format 4/3 mais le bas sera peint pour le ramener au format 16/9°.

Et voici ce que ça donne :
En arrivant dans la pièce :
Puis un quart de tour à gauche :
Le débord qu'on voit à droite, c'est le conduit de la VMC

Sur la partie gauche de la pièce, la bibliothèque et les électroniques. Un autre meuble est venu s'incruster dans la pièce : le bureau de madame
Vue depuis l'écran :

En situation de projection avec le projo sortit de sa cabane et l'écran déroulé :

Bon, sans le flash, ça rend un peu mieux (même si les photos sont floues)

Et voilà!
Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 12:11
Il y a quelques mois, nous avons découvert les règles du Texas Hold'em, une variante du poker fermé que nous connaissons tous et qui lui donne un tout autre intérêt. Donc merci Patriiiiiiick.
Ce jeu est génial, il demande de la psychologie, des maths et une bonne paire d... enfin du sang froid.

A tous ceux qui croient que le poker n'est qu'un jeu de bluffeurs/menteurs, essayez sans a prioris, vous verrez si c'est si facile. Ce n'est pas non plus un jeu de chance (pourquoi sont-ce toujours les mêmes qui gagnent les grands tournois?)
Voici un des nombreux sites expliquant les règles. On dit qu'il  faut 2  minutes pour les apprendre (c'est vrai) et 20 ans pour les assimiler (je n'y suis pas encore)
http://www.poker-yes.com/texas-hold-em.html

Donc le cadre est posé. Comme j'aime bien les choses bien faites, j'aime bien une partie qui a "de la gueule", d'où la construction d'une table de poker.
C'est dans ce cadre là que j'ai découvert le forum américain des "mecs qui font des tables de poker"
http://www.scottkeen.com/forum/index.php

On peut y voir beaucoup de tables de toutes inspirations. La forme traditionnelle est une forme en circuit de Daytona (ou en forme de gélule si vous préférez. Avec un boudin sur le pourtour pour ne pas s'abimer ses petits bras potelés. Après les avis divergent (et comme le disait Desproges : "Et diverge c'est énorme!").
J'ai choisi un rail en bois pour poser et admirer les gratte ciels de jetons posés devant chaqun. Ce rail contient des "cup holder" mais qui servent surtout de "Beer holder". Ca permet à chacun de poser son breuvage et surtout de ne pas le renverser : le premier qui me salope mon tapis tout neuf, j'en fais de la chair à saucisse, c'est dit!

Voici un plan en coupe de la réalisation :

Il n'y a pas de difficultés particulières pour la fabrication. J'ai utilisé du mdf 10mm et 18mm et du contre plaqué de 10mm.
La mousse utilisée devait être assez rigide pour ne pas trop se déformer si on s'appuie avec les coudes. J'ai utilisé de la sous couche blanche pour parquets flottants. 4 couches pour le rail et deux pour le tapis.
Le vynil et le tapis sont agraffés par dessous. Vouci une méthode pour ne pas avoir de plis :
http://www.scottkeen.com/forum/viewtopic.php?t=5874

Le seul véritable soin à apporter est dans la découpe des arrondis : à la scie sauteuse ou à la défonceuse avec une newbinette : http://www.newbinette.com/

Pour le tapis, on peux même le personnaliser en le faisant imprimer. L'impression la plus durable est la sublimation mais elle est chère. Pour des raisons de coût, j'ai choisi l'option transfert par un imprimeur. Il a utilisé ce qu'il appelle du Flex. Transfert assez flexible et très résistant (j'ai testé).

Pour le logo, j'ai fais appel à une amie aux doigts de fée (pas de méprise, je parle bien du dessin) et qui m'a compilé un logo que j'aime beaucoup, lisible sur plusieurs niveaux, enfin très classe. Mad' encore un grand merci pour ces heures de boulot à refaire et refaire encore le bidule.

Pour une question de place, j'ai choisi de faire une petite table (1m par 1m50). Confortable pour 6 personnes mais on peut y tenir à 8 (il suffit d'en éliminer rapidement deux!)

Il y aura autour de cette table 6 fauteuils de cinéma (très confortables). On peut en voir un sur la première photo.
La pièce home cinema/poker dans laquelle la table prendra place n'est pas encore terminée mais l'impatience a encore gagné, voilà le résultat :

Tiens? il faut que je nettoie mon objectif. C'est ça de faire des photos dans un atelier après ponçage.
Le logo de plus près
Et  avec le rail allumé. Je m'attendais à  ce que ça fasse plus kitsch  que ça mais  finalement c'est pas mal du tout.
C'est beau un rail la nuit

J'ai tout simplement utilisé une guirlande lumineuse extérieure
Les couleurs sont déformées mais ça donne une idée :
Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 17:10
Voici le nouveau projet.

Suite à une proposition du maître es filtrage Aldo de faire une enceinte à base de hp Audiotechnology et de tweeter ruban, je me suis laissé tenter (il n' pas fallut réfléchir longtemps) et j'ai suivi comme beaucoup le projet.
Voici le sujet sur HCFR :
http://www.homecinema-fr.com/forum/viewtopic.php?t=29820792


Il s'agit d'une enceinte monitor dont voici les caractéristiques :
Tweeter : Fountek JP3
Médium Boomer : C-Quenze 18H52 17 06 SD 4W
Volume de charge interne net : 17 litres.
Rendement : 92 dB
Fréquence d'accord : 41hz
Event : diamètre interne 5,7 cm, longueur 21 cm.
Pour l'évent, possibilité d'utiliser un tube PVC de diamètre externe 63mm (donc diamètre interne 57mm) et de le couper à 22cm. Il suffit ensuite d'arrondir l'embouchure avec une fraise 1/4 de rond.
 
Le filtre :
Ensuite, on se penche sur la menuiserie.

Le but est de n'avoir aucune face parallèle, une pente de 5° de la face avant et, si possible, quelque chose de sympa.
J'aime beaucoup le design Avalon mais aussi celui de Peak Consult. Pourquoi pas s'approcher du design des Pricess :


Donc quelques calculs plus loin pour ajuster le volume, je me retrouve avec 17,861 litres brut.

Une petite simulation sur Sketchup (très facile d'emploi après le tutoriel) on part là dessus :

Mais finalement; ça fait un peu mastoc. On va plutôt partir sur une enceinte bicolore avec du cuir sur le dessus et la face avant et des flasques en bois massif. J'ai justement un plateau en Padouk.

Et on attaque la fabrication.

Vu qu'il n'y a aucun angle droit, la difficulté est de calculer les angles de coupe. Angles qu'il sera de toutes façon très difficile à respecter, même avec du bon matériel (comment couper exactement à 82,873° ?).
Donc je vais employer une méthode proposée par Serjac (toujours sur HCFR) qui est de réaliser un gabarit et de raboter (ou surfacer) les différents côtés sur ce gabarit.

Rélaisation du gabarit:
Bon, on commence par se mettre les plans sous les yeux :

voici le côté du gabarit et les planches à ajuster :

et la méthode utilisée avec un fausse équerre :

On reporte l'angle et on rabote les côtés

On vérifie

Et ça marche !!!

Une autre vue :

Les rabotages faits, je n'ai pas résisté à la furieuse envie de tester tout ça dans le salon. Ouf, ça plaît à madame : "Ca va, elles ne sont pas trop grosses !"


Bon, après tout ça, on s'intéresse au panneau de padouk massif : après dégauchissage et rabotage des planches brut, collage du panneau. Les deux cornières en alu servent à maintenir le panneau bien plat (ça n'a pas bien marché, les différentes planches sont un petit peu décalées, ça me coûtera un peu de temps de ponçage)

Puis, j'ai collé la première caisse après y avoir parsemé quelques lamellos pour bien maintenir l'ensemble :

Quelques explications sur la méthode employée pour faire les caisses :
J'ai fais un gabarit de l'intérieur de l'enceinte, puis j'ai plaqué ce gabarit sur une plaque de mdf pour reporter les dimensions du côté que je voulais faire :

Ensuite, j'ai découpé le côté à la scie circulaire et je me suis approché de l'angle au rabot.
Puis, j'ai collé cette plaque au gabarit avec du double face (attention à ne pas trop en mettre sous peine de ne plus pouvoir le décoller sans l'abimer par la suite).

Un pt'it coup de ponceuse quand même pour bien ajuster :

Et voilà, le côté est fait. On le laisse sur le gabarit et même manip pour les suivants.

Bon, j'ai craqué. Celà faisait longtemps que ça me titillait de travailler du bois massif, donc j'avais besoin d'une rabot/dégau. C'est fait, j'ai craqué. Et du coup, mes angles sont un peu plus faciles à faire. Report de l'angle à la fausse équerre sur la dégau :

Et on rabotte juste ce qu'il faut. Ensuite ponceuse pour affiner.

J'en ented déjà me dire :"Donc pour faire tout ça, il faut du matos". Je répondrai que c'est faux.  Le matériel aide à aller plus vite et être plus précis mais tout ceci est faisable sans.

Pour dégauchir et raboter une planche brute, on peux très bien le faire avec une défonceuse et deux rails métalliques (les rails donnent une référence plane et la défonceuse munie d'une semalle plus longue s'appuie sur ces rails).
Les coupes peuvent être faites à la scie à main. Et les angles au rabot, ou même à la lime est à la cale à poncer).

Feuillurage des façades et découpes des trous des hp :

J'ai chanfreiné un peu à la lime à l'arrière pour que les ailettes de refroidissement du tweeter puissent respirer.

Et pareil sur la contre façade pour les bas médiums :
Puis les façades sont collées sur les caisses.


Aujourd'hui, achat du cuir qui recouvrira une bonne partie des enceintes :

De plus près :

Et le groin collé dessus :

Il est assez grainé et très souple. Ce qui le rend extensible et permet de jouer avec le grainage si on veux le rendre plus ou moins lisse.
J'ai acheté ce cuir chez un sellier. Il est associé à un mécano et font de la restauration de voitures anciennes. Deux passionnés très sympa à qui j'amerais bien confier une voiture vu le boulot magnifique qu'ils font (mais le problème c'est qu'il me manque la voiture de collection...). Tiens, ils étaient en train de retaper cette petite merveille (c'est une réplique mais avec un V8 Ford, il y a déjà moyen de bien faire joujou)

Les chanfreins des façades sont faits avec la même méthode que les Cremona : les découpes sont tracées, on s'en approche au rabot électrique, on affine à la ponceuse à bande et on termine à la calle à poncer pour que les arêtes soient bien droites et dans les angles :
On voit dans les enceintes des coulures de colle à bois polyuréthane, elle étanchéifie bien la caisse, les coulures seront enlevées au cutter.

Découpe des côtés à la scie circulaire sur rail (c'est quand même bien précis et pratique ce machin là).
Ca n'est pas très bien ajusté et les panneaux en massif ont bougé. La ponceuse va à nouveau devenir ma meilleure amie pour rattraper tout ça.
Dans la plaque inférieure de la caisse, on peux voir le trou pour le passage de l'évent qui rentre en force.
Les évents sont mis en place : rentrés en force dans leur feuillure. Puis un quart de rond est poussé sur le bord :

Ensuite, j'ai fais une feuillure sur les flancs des enceintes pour y placer l'épaisseur du cuir. Tout d'abord, repérage :

Puis défonçage guidé par le rail

Une feuillure : profondeur 1mm (le cuir fait 1,2 à 1,3mm d'épaisseur)

Elle est faite sur tout le tour

Bon, et maintenant que toute la poussièe est faite, je vais pouvoir m'attaquer au nettoyage de l'atelier. Le pauvre aspirateur a déjà souffert mais ça n'est pas fini...

Revenons aux enceintes : j'ai passé un coup de bombe noire sur le dessous et attaqué le cuir : on l'agraffe de chaque côté dans la longueur :

Puis on longe les bords en tendant bien le cuir. Pour les angles, le carossier qui m'a vendu le cuir m'a dit :"N'ayez pas peur, dans les angles, tirez dessus, ça ne fera pas de plis" Eh bien il avait raison :


Le cuir est agraffé sur tout le tour et couper pour ne pas dépasser de sa feuillure

Un petit essai avec les côtés vernis

Le raccord dans un angle :


Le pied sera solidaire de l'enceinte. Même mode de réalisation que les pieds des Cremona à la différence près que la tige filetée se termine dans l'enceinte. C'est beaucoup plus costaud qu'une plaque en mdf et l'enceinte posée dessus.

Deux ateliers simultanés : soudage des filtres (qui sont fixés sur une plaque en contre plaqué) et laquage des tubes pour les pieds. C'est le chien qui surveille le bon séchage de la peinture.

Et montage des pieds. La base est en granit (non poli) que j'ai fait faire chez un marbrier. C'est bien lourd et stable et ça ne craint pas les coups d'aspirateur (la laque des autres pieds a déjà souffert. Le cablage (Real Cable Cu Ag) passe dans le pied.

Les tiges filetées du pied sont boulonnées directement à l'intérieur de l'enceinte pour plus de solidité. Le pied et l'enceinte ne font qu'un. Tiges de 10 et 8mm de diamètre. Le cablage passe dans le pied et est étanchéifié avec de la colle à chaud (génial ce truc).

Vu les 750 heures de rodage requises, je ne peux pas vraiment dire qu'elles sont terminées mais elles tournent, et plutôt pas mal.



J'ai eu quelques déboires avec le tweeter. Juste après avoir vissé la dernière vis du JP3, j'ai vu de la poussière sur la platine du tweeter, j'ai soufflé dessus : grosse erreur!
Résultat : un ruban distendu. Bon, ben y'a plus qu'à le refaire. Voici les instructions pour le remplacement d'un ruban abimé :
http://www.fountek.com.au/products/JP30/JP3_Ribbon_Replacement.pdf

C'est quand même génial qu'un hp aussi haut de gamme puisse être rafistolé sans conséquences avec du papier alu ménager!

Une fois le ruban remplacé, tout est presque rentré dans l'ordre : le tweeter 'frise' un petit peu, comme une caisse claire avec son timbre mais très léger : en fait c'est dû au ruban qui touche un tout petit peu un aimant : on recommence et ça marche.

Mais alors, qu'est-ce que ça marche!!! Le JP3 est tout simplement fabuleux de précision et de douceur. La scène sonore est holographique. Le C Quenze joue aussi parfaitement son rôle : les basses ne font pas une bouillie infâme. Je n'ai que très rarement entendu des basses de cette qualité (et il paraît que ça s'ouvre encore après, mamma mia).
Et surtout, réputé pour être difficile, le raccord entre les hp est imperceptible. J'ai l'impression d'être face à un large bande mais avec le 'corps' qu'il me manque un petit peu sur ce genre de hp (mais je n'en suis pas un spécialiste) et tout ça avec une dynamique à déchausser les molaires. C'est évident, je suis sous le charme de mes nouveaux bébés.

Encore un grand merci à Aldo pour la conception : c'est une belle réussite de plus.
Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 11:04
Bon, ça m'a pris comme ça, je me suis mis au tournage sur bois.
Après pas mal de temps passé sur le net à chercher les sites parlant du tournage, j'ai découvert qu'on pouvait faire plein d'autres choses que des pieds de chaise Louis croix V baton.

Donc je me suis équipé et lancé. J'ai d'abord acheté des bouquins (les deux livres de Gérard Bidou, très explicites mais pour "L'art du Tournage sur Bois" il faut quand même un papier et un crayon). Et j'ai découvert déjà beaucoup de possibilités.

J'ai quand même foiré un paquet de branches (j'ai l'avantage d'avoir une forêt pas loin) avant d'obtenir quelque chose d'à peu près correct.

Puis l'été dernier, nous avons fait un petit détour à Aiguines (Var) pour faire la connaissance de passionnés passionnants. Une très belle expo et un atelier d'initiation ont même convertis madame.

J'ai trouvé de nombreux conseils instructifs sur le forum de l'AFTAB (Association Française de Tournage d'Art sur Bois) :     http://www.aftab-asso.com/
Je vous invite à y découvrir les galeries qui donnent un aperçu de ce que l'on peut faire.

Donc je me suis lancé, et voici ce que ça donne : J'ai pompé une réalisation de Pascal Oudet mais je ne maîtrise pas assez pour faire le shaft en bois, c'est donc une tige d'acier. Le reste est en frêne et padouk pour la tête et iroko et padouk pour le manche. Finition : bouche pores cellulosique et cire de carnauba.

Et de plus près

Nous avons aussi fait un petit séjour à Besançon, le 18 novembre, pour y voir une expo. Celà nous a donné l'occasion de nous équiper en bois plus ou moins exotique, notamment une racine de bruyère. Ca fait comme un bulbe et brut, ça ressemble à une truffe noire (je n'ai pas croqué dedans).
Une fois tourné et fini avec de l'huile danoise (mélange d'huiles à base d'huile de tung et qui a l'avantage de révéler le bois et de polymériser et donc de durcir).

Une pt'ite parure de stylos en noyer d'Amérique :

Une autre en olivier :

Et un bol en hêtre échauffé. Un bois est dit 'échauffé' quand il commence à être attaqué par les champignons, ce qui lui donne ce veinage si particulier :
Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 09:08

Un ami me demande de lui réaliser des enceintes pour sa future salle home cinema. Pas de problème, nous partons de son cahier des charges : il veut quelque chose de musical, avec des boites pas trop grosses qu'il pourra intégrer dans les murs et surtout pour pas trop cher.

Après avoir cherché le prix de revient de pas mal de petites monitors deux voies avec filtres et tout et tout, j'ai enfin pensé au meilleur compromis en fonction de son cahier des charges : le large bande. Et qui dit large bande, dit souvent Fostex.

Nous nous décidons pour le FE 167 E

http://www.fostexinternational.com/docs/speaker_comp/pdf/fe167erev.pdf

Ca tombe bien, il se charge en bass reflex dans une petite boite et couvre la bande 60 à 20kHz et tout ça avec un rendement plus que confortable de 94dB. Il n'aura pas besoin d'un déluge de Watts pour les bouger.

http://www.fostexinternational.com/docs/speaker_comp/pdf/recom_enclose/167e_enclrev.pdf

J'ai reçu un hp pour l'instant. Le moins que l'on puisse dire, c'est que leur fabrication inspire confiance : cône en fibres de bananier, il a l'air très léger et très doux au toucher, suspension en tissus enduit en demi rouleau concave. Pas de traces de colle qui a bavé, tout est ajusté nickel.

Leur moteur est blindé pour une utilisation près d'un tube cathodique :

On est partis pour 7 boites identiques attendant les turbulents.

En général, ça commence comme ça :

J'ai fais les ouvertures dans les façades pour les hp et les évents à la défonceuse :

Premier essai d'assemblage pour voir si les découpes sont bien faites :

Bon, c'est pas trop mal, il n'y aura pas beaucoup à rattrapper. On passe au fraisage des logements pour les lamellos :

 

Comme j'ai plutôt l'intention que ça tienne et que ce soit bien ajusté, il y a 28 lamellos par enceinte. Ca ne devrait pas bouger. Ca fait quand même un total de 400 fraisages pour toutes les enceintes :

Les évents sont découpés dans du tube pvc :

Les  7 nains  (c'est vrai qu'ils sont tout petits) :

Les évents sont rentrés en force au marteau (pour une fois, je suis fier de ma découpe du trou des évents, ça ne baille pas d'un poil). Un cordon de colle à chaud est appliqué sur le pourtour à l'intérieur : il sert à étanchéifier et maintenir l'évent :

Je peux maintenant commencer le collage des caisses. Deux par deux pour cause de manque de serre joints.

Les caisses sont collées puis poncées pour rattrapper les petits défauts. J'ai passé la fraise quart de rond sur le pourtour pour casser les arètes. La tour de Babel (comment ça elle est bas belle ma tour?)

Les évents sont passés aussi à la fraise quart de rond. La finition est meilleure et cela permet de les évaser de façon à ne pas avoir de bruits d'évent :

Et puis, juste pour me donner un avant goût, j'ai mis les écrous à griffe des hp et j'ai fixé un Fostex :

Mais encore :

Et c'est encore mieux après finition. C'est Lionel (leur heureux propriétaire) qui s'en est chargé

Et voilà, il ne lui reste plus qu'à faire la salle home cinéma qui va autour maintenant...

Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 20:23

J'en avis marre d'avoir un étau énorme me prendre toute la place de mon plan de travail, alors voici la fabrication de ma presse d'établi. Elle est loin d'être parfaite mais me rend bien service et pour pas cher. Les presses d'établi sont hors de prix et puis de toutes façons, je n'ai pas d'établi.

J'ai donc acheté un établi bas de gamme type Workmate à 10€ pour ne me servir que d'une (ou deux) manivelle l'équipant :

L'avantage de ce système est que c'est la partie opposée à la manivelle qui est mobile, ça m'arrange, la manivelle ne dépassera pas tout le temps à fond de l'établi.

J'ai fais des machoires en bois : l'une vissée à l'établi, l'autre sur la partie métallique :

La partie qui est sous l'établi est mobile et peux tourner autour de son axe. Je peux serrer des planches :

ou en angle :

 

Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 23:29

Les Cremona chantent tout les jours et il ne leur manque que de jolis pieds pour leur assurer une bonne base.

De bons pieds d'enceinte, ce sont des pieds lourds, inertes (autant que possible) et stables pour assurer une bonne base mécanique. On va même essayer de faire quelque chose d'esthétique.

J'ai choisi un pied composé de deux platines qui reprennent le forme générale de l'enceinte. Ces deux platines sont reliées par deux tubes (un gros devant et un petit en arrière). L'assemblage est réalisé avec des tiges filtetées. Le gros tube sera rempli de sable mis en compression par les tiges filetées. Pour cela, les deux platines sont dotées de deux cylindres du diamètre intérieur du tube. Un schéma sera plus simple :

Et on passe à la réalisation. Tout d'abord, les fournitures. Le gros tube est un pied de table. Le bois utilisé est du mdf de 10 pour la platine du haut et du mdf de 22 pour celle du bas.

Un essai pour voir avec des chutes :

Les platines sont découpées et chanfreinées à 45° :

Réalisation des cylindres qui vont venir mettre le sable en compression. Découpées à la scie cloche, je n'avais en magasin que le diamètre extérieur du tube. J'ai donc découpé ces rondelles et les ai poncées sur un mini tour maison :

Et ça marche. Tellement bien que je vais utiliser la même méthode pour faire des pointes de découplage.

Sous la platine du bas sont percés des trous borgnes (ne débouchant pas sur le dessus). Dans ces trous, je place des écrous à frapper. Et je peux y visser mes pointes de découplage taillées dans la tige filetée.

Tournage des pointes :

Le résultat :

Les premiers essais avec ces platines ont montré deux défauts : les platines ne sont pas belles et surtout pas stables avec trois pointes. On refait tout (presque) !

 Les platines ont donc été refaites en forme de trapèze. Les bords sont coupés à 30° parce que c'est joli et puis c'est tout. La même laque noire que sur les enceintes est passée en trois couches sur l'ensemble.

Le résultat :

 

Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
22 novembre 2005 2 22 /11 /novembre /2005 23:48

Après une longue discussion avec Idefixes ( http://idefixes.phpnet.org/index.php?op=edito ) , nous avons décidé de nous faire une paire d'enceintes bas rendement hdg en nous appuyant sur deux choses existantes :

-Le design sera à peu de choses près celui de la Cremona Auditor de Sonus Faber ( http://www.sumikoaudio.net/sonus/prod_cremonaauditor.htm )

-Et pour la partie filtrage, nous nous basons sur l'expertise d'Aldo, grand filtreur en chef du forum HCFR (entre autres).

Les hauts parleurs utilisés sont le tweeter Vifa XT 25 que l'on retrouve plus ou moins adapté sur de nombreuses enceintes hdg du commerce, dont la Cremona), et en bas médium, l'étonnant Scan Speak 15W4531G00.

 Après avoir essayé un filtrage parallèle, nous optons pour le filtre série proposé par Aldo :

 Et on attaque la menuiserie.

Les côtés seront réalisés en contreplaqué de bouleau (5 épaisseurs de 4 mm) cintrés dans un moule, le reste est en médium.

Alignés comme à la parade, les fournitures 

On commence par la réalisation du moule à cintrer avec la reproduction d'un gabarit avec une fraise à copier sous table

La pièce et son gabarit

Le résultat

J'ai usiné 9 plaques convexes et 18 concaves

Elles sont montées sur deux plaques d'épaisseurs 18 et 40mm

Avec les barres d'acier et les tiges filetées, cela nous donne : L'usinàgaz

Essai avec deux épaisseurs de CP 

Le problème est que quand on serre les écrous un par un, les plaques glissent entre-elles et ne restent pas alignées. La solution : appliquer une pression de 100 kg (à peu près, chipotez pas!) sur le moule avant de serrer les écrous. Comment faire? Facile :

Ensuite on serre à mort. Ce n'est pas un effet d'optique. Comme quoi Marc (Idefixes) n'a peut-être pas trord d'avoir conçu un moule bien costaud.

Déjà trois côtés

Avec 5 épaisseurs, ça ne bouge pas

Avec un gabarit que j'ai réalisé, je compte arrondir le dessus de façon à ce que l'enceinte soit légèrement bombée (un peu comme le petite Nautilus mais sans le tweeter débafflé). Un petit essai pour se donner une idée de la forme générale.

Bon, finalement ça ne va pas car les raccords vont être trop difficiles à faire. Le dessus ne sera bombé que sur un plan : d'avant en arrière. Cela permet d'avoir un raccord droit avec le baffle (c'est plus esthétique qu'un raccord arrondi avec la façade très anguleuse).

Le dessus vu de côté

Et en entier

Le gabarit utilisé pour faire les arrondis : attention poussière. C'est un gabarit très efficace dont j'ai pris les plans dans le magazine Idées Défonceuse n°21 (dec 05), adapté par Olivier de Goër (alias Anthropovergnat sur le forum Cyberbricoleur : http://www.cyberbricoleur.com ). Pour tous les amateurs de travail du bois, je vous invite à vous jetter sur ce trimestriel, et si ça ne vous donne pas l'envie de vous ruer dans votre atelier (ou balcon, j'ai pratiqué assez longtemps), essayez la pétanque ;)

Encore une petite

Ensuite, on prend des mesures (les plus précises possibles) sur les côtés de façon à bien aligner le dessus, le dessous et la plaque de compartiment du filtre.

Le moule est revu et corrigé avec deux plaques concaves pour serrer les 2 côtés simultanément. Le collage se fait à la colle à bois (prise lente) et un petit point de colle à chaud le long des renforts pour qu'ils ne bougent pas pendant le serrage des écrous.

Le moule biconcave

Et de face. J'ai moins serré que lors du cintrage pour deux raisons : les côté sont cintrés et s'adaptent bien aux autres pièces, et pour des raisons pratiques, je n'ai pas pu mettre de plaques de protection sur les côtés, donc je ne serre pas trop fort pour ne pas marquer le bois.

Ca parait de travers sur la photo mais tout est d'équerre. Comme on le voit, des tasseaux se sont fendus, S@%$PERIE l'aglo...

Pour se donner une idée, après démoulage :

Et avec la façade

Réalisation des feuillures :

Une plaque de l'épaisseur de la contre poutre est posée sur l'arrière de l'enceinte.

les côtés sont arasés au rabot électrique jusqu'à affleurer la plaque

Pour les feuillures, la défonceuse est montée avec la platine de la newbinette et le guide parallèle.

Elle vient en appui sur les côtés arasés

Le résultat :

 Les filtres ont aussi avancé :

 

Puis les côté sont arasés

Notez les taches de sang : on ne pourra pas me dire que je n'ai pas donné de ma personne!

Les assemblages sont tous arasés à la fraise à roulement

 

 

 

 

Puis on réalise les poutres.

Les côtés sont coupés au plus près du dessin

Et l'arrière de la poutre est raboté en courbe avec le gabarit

Puis le dessus

 La poutre finie

Les découpes en biseau des poutres ont été faites avec une boite à onglets maison et poncées avec la ponceuse à bande à son extrémité arondie.

Ensuite, les façades : les mesures sont reportées sur la façade et sur les chants (cela permet d'aligner le 'triangle' à l'horizontale, parallèle à la ponceuse à bande)

Les découpes sont dégrossies au rabot

Puis poncées. Les feuillures et trous des hp sont faits avec la newbinette ( http://www.newbinette.com/ ).

Une feuillure est faite à l'arrière de la façade pour acueillir le rabat du cuir de la façade. Les espaces entre les trous de fixation du hp sont chanfreinés à 45° pour ne pas "étouffer" le petit scan speak.

Les mêmes espaces sont ménagés à la scie sauteuse dans la contre façade pour laisser le hp bas médium s'exprimer.

Puis le cuir est posé et les hp mis en place. Le cuir est simplement tendu d'un bord à l'autre et il est agraffé à l'arrière de la façade. Pour l'instant je ne suis pas convaincu : c'est assez difficile à faire et le résultat n'est pas tout à fait à la hauteur de ce que j'espérais. Je le reprendrais un peu plus tard.

Les deux façades sont recouvertes de cuir. Finalement, avec du soin et un peu d'habitude, on arrive à faire quelque chose de correct.

Les contre façade et contre poutre sont collées ainsi que le plaquage du dessus

Le palquage est affleuré sur tout le pourtour de l'enceinte. Test avec la façade :

Et en parallèle, la plaque d'essai de différentes finitions :

La poutre est percé à la scie cloche pour y placer l'évent. D'autres perçages sont réalisés pour le bornier.

Vue d'ensemble

Première expérience de l'enduit gras à laquer : plus jamais!!! Ca ne s'étale pas bien, ça met très très très longtemps à sécher, et ça ne se ponce pas bien.

Quoi qu'il en soit, les poutres sont enduites, puis collées. Comme elles ne sont pas parfaitement jointives, les interstices seront bouchés à la pâte à bois pour que le raccord avec la caisse soit impeccable et j'attaquerai les finitions.

Les poutres enduites et collées :

J'ai quelques petits éclats dans le contre plaqué sur la caisse. Essais de pâte à bois maison avec de la colle et de la poussière de bouleau. La finition est appliquée dessus pour tester la façon dont la teinte prend sur les rafistolages : pas glop :

 Après ponçage, troi couches de produit miracle qu'est le Tinxirol (teinte merisier)

 

Je ne voyais plus les défauts sur la poutre, donc j'ai passé une couche de laque (qui m'a servi de révélateur, et des défauts, il y en avait!) puis poncé les défauts, appliqué du bouche pores (3 couches) sur le mdf qui s'est retrouvé à nu (par endroits) re ponçage et enfin deux couches de laque.

Peinturage des poutres : en deux couches, j'avais peur d'avoir une surépaisseur au niveau du raccord avec le bois mais finalement elle est très légère.

Aldo m'a communiqué la dernière version du filtre : la self de 0,33 mH est remplacée par une self ruban Jantzen de 0,15 mH.

Le filtre est monté et soudé dans la boiboite, les trous pour les passages des cables sont colmatés à la colle à chaud, les hp sont soudés et la face avant est placée :

Ca y est, elles sont terminées !!!

Enfin, relativisons, elles sont terminées jusqu'à la prochaine fois où je voudrais les optimiser avec de l'absorbant.

Premiers branchements : matériel : Ampli Pioneer VSA AX 10, lecteur CD Phillips 723 (modifié classe A par Christian Blerald lui-même, s'il vous plaît) et cables Monster Cu/Ag.

Et surtout les galettes qui vont bien : Jamie Cullum "Twenty Something" et Diana Krall "The girl in the other room".

Verdict : 19/20 sur l'échelle de 'mes poils qui se dressent sur mes bras'

Je n'ai pas fait la comparaison entre les deux filtres (l'ampli utilisé pour le test de la première version était de toutes façon différent) mais ça me parait tout à fait équilibré. Et encore, elles ne sont pas rodées.

La scène sonore est tout simplement fabuleuse et reste bien en place (pas d'effet de ping pong de la caisse claire d'une enceinte à l'autre). Par rapport aux enceintes que je connais, Diana Krall à l'air vissée au milieu de la scène. Le sweet spot est très large : on peut se déplacer sans perdre la scène sonore. Tout les instruments sont extrêmement aérés et se détachent les uns des autres. Et enfin les timbres : mamma mia ! Ca sonne en vrai, en beau, en technicolor.

En bref, ces enceintes vous mettent les vrai instruments en 3D dans la pièce.

Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
13 novembre 2005 7 13 /11 /novembre /2005 00:00

Me voici lancé dans la fabrication de mon caisson de basses.

J'ai choisi le Rafale V60 créé par Thierry Comte, le maître d'oeuvre d'Atohm ( http://www.atohm.com/kit_rafalev60.php?id_kit=1 )

Collage des évents

Leur extrémité est fraisée avec une quart de rond

L'assemblage de la boiboite est réalisé à l'aide de lamellos

Montage à blanc, les différentes faces et leur alignement sont repérés avec des lettres

Le tout est collé fermement et mis sous presse ( 'faut les soulever les plaques de labradorite)

Et on passe à la réalisation de la façade bombée : je suis parti d'une plaque de médium et j'ai taillé dans la masse à la défonceuse. Réalisation du gabarit :

La pièce à raboter en place

La défonceuse est montée sur des rails

Et on rabote (masque à poussière obligatoire)

Le résultat après un petit coup de ponceuse à bande

 Puis plaquage en sycomore ondé à la colle néoprène. Ensuite j'ai pratiqué l'ouverture ronde pour le hp ( c'est la contre-façade qui est bombée).

Après plusieurs mois d'attente, la finition du caisson commençait à bien me titiller. Donc c'est reparti.

La façade était un peu plus grande que les côtés de la caisse. La solution retenue est d'abord le collage, puis rabot à main pour la mettre aux cotes :

Mais encore :

 

C'est plutôt facile et précis :

Puis placage de l'ensemble. Le placage qui a pas mal attendu et séché est très gondolé. Sur les conseil d'un ébéniste, je l'ai humidifié et mis sous presse (entre deux plaques de mélaminé, chaque feuille isolée par du papier journal, cela n'a pas déteint):

Puis rainurage du dessus, de la façade et de l'arrière et enfin, rainurage du bas du caisson.

 

 

Repost 0
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article

Articles Récents