Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:42

La préparation du bois

Mdf :  la tranche du médium boit beaucoup plus que la face. Donc si on lui applique une teinte, elle sera plus foncée sur le chant que sur la face (à moins d’avoir raboté ou poncé les faces). Pour le peindre, on peut le préparer avec  quasiment avec n’importe quel  apprêt (sous réserve de compatibilité avec la peinture qui viendra dessus) : fondur, peinture diluée, apprêt, enduit gras (pour les formes tarabiscotées).

Le massif : avant d’appliquer  la finition sur du bois, il faut le poncer. Mis à part sur des bois au fil très serré comme l’ébène ou le padouk, il n’est pas nécessaire de poncer du bois avec un papier plus haut que du grain 240 (voire même 180). Pour un ponçage efficace, on peut mouiller la surface qu’on vient de poncer et reponcer une fois sec. Les fibres couchées se seront relevées et une fois celles-ci poncées, la surface reste impeccable. Attention à ne pas utiliser de laine d’acier pour la dernière étape car des paillettes d’acier pourraient rester dans les pores du bois et vous pourrir votre belle finition avec une tache de rouille .

Avant la finition

Sur un bois (massif ou mdf), on peut appliquer une couche de fondur (ou bouche pores). Ca se barbouille au pinceau ou au pistolet et ça sèche vite (30min pour la plupart). Comme son nom l’indique, il va bloquer la surface du bois et empêcher qu’un produit ne rentre. On peut donc le vernir sans problèmes mais plus le teinter (une huile ne pourra pas non plus y pénétrer). Sous une peinture, on pourra utiliser une peinture diluée.

L’ordre normal d’application des produits est : teinte->fondur->vernis

Les teintes

Une teinte va pénétrer plus ou moins profondément dans le bois et lui donner une couleur différente. Elle ne fait pas de film en surface.

Il y a plusieurs façons de teinter un bois : soit utiliser une teinte, soit quelques recettes d’anciens plus ou moins dangereuses. Les teintes sont essentiellement de deux types : aqueuses ou solvantées (dites mordantes).  Les teintes en phase aqueuse vont être assez efficaces sur la plupart des bois et vont souvent respecter son dessin. Par contre certains bois vont necessiter une teinte mordante. Les bois gras par exemple ou même le pin ou l’érable (sycomore) dont certaines veines ne vont pas se teinter avec une teinte à l’eau.  Le résultat avec une teinte mordante donnera  une couleur beaucoup plus uniforme (pas forcément à mon goût). La teinte s’applique au chiffon ou au pinceau. La seule difficulté est de la répartir uniformément.i

Cas particulier des bois figurés : les bois ondés par exemple : on peux donner des effets très intéressants avec deux teintes (très utilisés en lutherie par exemple) une teinte noire, ponçage pour faire ressortir les ondes claires, puis une teinte de couleur

[img] http://lutherie-amateur.com/Forum/download/file.php?id=4466 [/img]credit Mike du forum de lutherie amateur.

Les trucs d’anciens (attention certaines méthodes sont dangereuses):

Pour foncer un bois tannique (chêne, noyer…) la recette la plus connue est de faire mariner plusieurs jours de la laine d’acier dans du vinaigre, filtrer,  puis de badigeonner le bois avec le mélange. Mais il y en a d’autres : laisser le bois sous une bâche avec une bassine d’ammoniac. Ou encore le sulfate de fer en solution (j’ai essayé d’en trouver mais c’est apparemment interdit à la vente en France sauf en mélange comme anti mousse).

Voici un post de nos amis canadiens sur plusieurs méthodes :

http://www.lamortaise.com/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=12335

Il existe aussi tout un tas de produits, dispos en gsb, pour donner un aspect particulier au bois : bois flotté, vieillisseur et autres.

Les produits de finition

Les peintures

Une peinture va former un film à la surface du bois.

Il en existe plusieurs sortes : acrylique ou glycéro. Les premières sont  en phase aqueuse, les deuxièmes sont en phase solvantée. Une peinture acrylique a pour avantage de ne pas sentir trop fort et les instruments se nettoient à l’eau. La peinture glycéro aura un meilleur tendu (surtout pour une laque) mais il faut se fader le nettoyage. Un truc pour nettoyer les instruments : ne pas utiliser du white spirit mais plutôt du diluant spécial (dispo en gsb) : on en consommera beaucoup moins.

Ces deux types de peintures peuvent s’appliquer (par ordre de qualité de rendu) : pinceau, rouleau, rouleau laqueur (en mousse sans poils) et enfin au pistolet (attention pour un usage au pétard, ne pas utiliser de la peinture monocouche sous peine de devoir trop la diluer).

Si on veut peindre un bois mais garder ses veines apparentes, il faut choisir un bois qui a du relief. Un beau fil ne se verra plus une fois peint. Par contre un bois comme le frêne présente des différences très marquées entre son bois d’été et son bois d’hiver. Les cernes d’hiver ont une structure très serrée alors que les cernes d’été présentent des pores très ouverts. Une fois peint, on a une alternance de cernes lisses et de cernes plus granuleuses. C’est un bois qui se teinte beaucoup en noir et donne des reflets intéressants.

Les vernis

Les vernis sont assimilables à des peintures transparentes. On les utilise de la même façon que les peintures et elles forment aussi un film à la surface du bois.

Le vernis va souvent modifier un peu la teinte du bois sur lequel il est appliqué. Pour avoir un aperçu du rendu final, on peut mouiller le bois et on voit la teinte finale (à peu près). Cette méthode est surtout valable sur les bois foncés (exotique, châtaigner, chêne, noyer).

Il existe aussi des vernis teintés. Par contre une fois la première couche passée, la teinte ne pénètrera plus dans le bois. On va foncer le tout mais le résultat n’est pas aussi beau qu’avec des produits séparés (teinte puis vernis).

Un vitrificateur est un vernis plus dur qu’un vernis de base. On peut l’utiliser sur n’importe quel support (peinture, bois teinté, bois brut) pour faire du poli lustré qui donne un très beau brillant avec peu de matériel. Il suffit en fait de polir et de lustrer plusieurs couches de vitrificateur.

On peux trouver facilement du matériel pour polir (papier de verre >1000, pâte à polir et autres) chez les distributeur de matériel auto.

Les cires

Les cires peuvent être appliquées sur quasiment tous les supports : bois brut, bois vernis, peinture… Elles vont donner un aspect satiné. La moins brillante est la cire d’abeille, et la plus brillante est la cire de Carnauba (cire végétale). Toutes les deux fondent à la chaleur et on peut doser son brillant en faisant son mélange soi même au bain marie. Le gros inconvénient des cires est qu’elles sont assez fragiles : elles ne protègent pas le bois des UV et elles marquent à l’eau.

Les huiles 

Les huiles que l’on peut utiliser sur le bois sont les huiles qui ont la particularité de polymériser, c'est-à-dire de sécher. Pour qu’elles sèchent un peu plus vite, on peut les aider un peu : on peut chauffer l’huile, on y rajoute du siccatif (dispo en gsb), et on peut exposer le tout au soleil.

Les huiles sont très diverses, ça va de l’huile d’olive (mais qui met quand même assez longtemps à polymériser), à l’huile de lin.

Beaucoup sont vendues sous des noms comme : huile de Tung, de Teck, de bois de Chine, Danoise. Il s’agit en fait de savants mélanges huile + siccatif + diluant. On peut faire le mélange soi même : par exemple 50% huile de lin, 50% térébenthine et quelques gouttes de siccatif.

Le résultat final protège bien le bois (un peu moins bien qu’un vernis mais bien mieux qu’une cire) et a un aspect moins plastique qu’un vernis. Le bois conserve sont toucher.

Application : il suffit de barbouiller le bois avec le mélange d’huile, laisser pénétrer pendant 5 minutes et ensuite bien essuyer le surplus qui n’est pas rentré dans le bois (sinon au séchage ça fait des pâtés). Le séchage prend 24 à 48h et on répète l’opération. Il faut autant de couches que le bois boit. On dit qu’il faut en passer jusqu’à ce qu’on ait l’impression de travailler pour rien.

 

Trucs et astuces

Toujours garder du rab du bois à traiter pour faire des essais de teintes et de finition car les couleurs peuvent varier énormément.

Faire attention à la compatibilité des produits se recouvrant : on peut se référer au diluant : un vernis à l’eau tiendra mieux (ou tiendra tout court) sur un fondur à l’eau.

La température joue un rôle non négligeable sur le tendu d’un vernis ou d’une peinture.

Travailler avec des peintures et des vernis hdg facilite vraiment le boulot (meilleur tendu)

Si on travaille dans un garage par exemple, on peut passer un coup d’eau sur le sol avant de vernir ou de laquer pour coller les poussières au sol.

Partager cet article

Repost 0
Published by Niko
commenter cet article

commentaires

mickael 30/06/2009 16:26

Bonjour,Je vous contacte pour avoir quelque conseils ;Voila je commence à travailler le bois mais j'ai un petit soucis de teinte , j'utilise le sapin pour faire une porte et du contre plaquer pour l'interieure de celle ci , mais comment obtenir la même teinte ?le sapin est plutôt blanc et mon contre plaquer exotique un peut rougeatre .Voila en tout cas chapeau pour votre travail a bientôt

Niko 30/06/2009 20:52


Bonjour et merci.

Malheureusement, si la base est différente, on a souvent du mal à trouver la même couleur. C'est d'autant plus vrai que la teinte est claire. Pour avoir une teinte uniforme (et pas des veines trop
claires) sur du pin, il faut utiliser une teinte dite positive (cherchez sur le net). Ca devrait rendre les choses plus uniformes. Le meilleur moyen est de faire des essais.

Bon courage
Krapo


alberti jean-sylvain 01/02/2009 23:15

ton blog est très agréable ; a bientôt

Articles Récents