Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 00:00

http://i56.tinypic.com/2ljq1bq.jpgNouveau Home cinema

 

                                                                       

                                              

                                                        Ecran transsonorehttp://i54.tinypic.com/16273q1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Harissa,
La petite enceinte qui arrache







               
                                                                                      Inspiration de Cremona Auditor



Centrale Cremona Like
Avec ogive tournée



                                                                                                                   Des petons pour les Cremona





Un Home cinema Fostex



                                       Un caisson Rafale V60



Mon home cinema à moi







Table de poker DIY








                                           Une petite parenthèse, le tournage sur bois




Trucs d'atelier



                              
 
Les finitions du bois
                                                                Vernis au pistolet HVLP





L'établi





                                                                            La terrasse



                                                               

Published by Niko
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 08:21

Un déménagement a impliqué d'abandonner mon home cinéma. Ca n'a été que de courte durée, j'ai recraqué.

 

La pièce va servir de bureau (principale utilisation), de chambre d'amis et surtout de HC. Elle est faite dans un garage attenant à l'entrée. Ses dimensions sont de 3m de large sur 6m de long mais elle n'est pas rectangulaire. Un escalier vient empièter sur la pièce.

Sous cet escalier il y a un placard que voici

http://i55.tinypic.com/24ffbwl.jpg

 

 

On voit la porte d'entrée en et le placard dans la porte duquel j'ai intégré un écran lcd de controle

 

Ici avec les portes ouvertes. Tout n'est pas encore rangé.La table de poker est au fond, sous l'escalier.

 

http://i53.tinypic.com/25sanvb.jpg

 

La face avant. Ce qui a motivé le transsonore, c'est le fait d'avoir un renfoncement de 1m20 de haut de ce côté de la pièce. Ca a permis de bien isoler selon le principe Live End/Dead End : la face avant absorbante et la face arrière diffusante.

http://i52.tinypic.com/1z3bibm.jpg

 

 

Voici les enceintes avant : mes cremona et leur centrale. On voit aussi le dessus du caisson.

La face avant est en tissus tendu noir sur laine minérale recouverte de molleton.

 

http://i55.tinypic.com/x1adfk.jpg

 

Voici l'isolation de la face avant : laine minérale et laine de chanvre

La face est faite en plusieurs panneaux modulaires pour un éventuel démontage

 

http://i53.tinypic.com/25exks6.jpg

 

Avec l'écran

 

http://i53.tinypic.com/2ijm5pe.jpg

 

D'un peu plus loin. Limité par l'escalier, l'écran fait un "petit" 2m10 de base.

 

http://i56.tinypic.com/2ljq1bq.jpg

 

Vers la droite : tissu tendu au mur sans molleton. Les plaques et les plinthes sont en chêne teinté brou de noix. Le plafond est en dalles Eurocoustic noires. Elles ont un rôle immédiat sur le son dans la pièce.

 

http://i53.tinypic.com/el9lsk.jpg

 

Et quand on se retourne, mon bureau. Il s'agit de 4 meubles Ikea un peu customisés, recoupés, adaptés.

 

http://i52.tinypic.com/2lcydkk.jpg

 

Le videoprojecteur est derrière la porte coulissante. Une arrivée d'air extérieur donne directement sur lui.

Et voilà, nous sommes revenus vers la porte d'entrfée.

 

http://i54.tinypic.com/331ftqd.jpg

 

Il manque le canapé convertible et la table basse que je vais faire avec le même panneau que les bureau/portes.

 

A bientôt

Niko

Published by Niko
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:48

Suite à un déménagement, il a fallu revoir le dossier Home Cinema. La nouvelle configuration me permettait d'envisager un écran transsonore. Mais il me fallait de la toile et un cadre.

La toile vient d'une commande groupée sur HCFR grâce à Chris24, j'ai pu obtenir une très belle toile à prix modéré. C'est ici : Ecran Transsonore pour tous

 

Voici le montage :

 

Idefixes, un ami, a récupéré des profilés de panneaux publicitaires, de quoi faire un beau cadre bien rigide :

 

http://i54.tinypic.com/16273q1.jpg

 

Les profilés sont fixés par des équerres.

 

 

http://i52.tinypic.com/19s1sl.jpg

 

Il y a des profilés en plastique pour tendre en coincer la toile dans les rainure et des pofilés alu qui viennent se clipser dans le plastique pour habillage.

 

http://i52.tinypic.com/1zntohj.jpg

 

http://i52.tinypic.com/3538vfl.jpg

 

Pour ne pas avoir de reflets brillants derrière la toile, j'ai préféré peindre le cadre en noir

 

http://i54.tinypic.com/4i0ako.jpg

 

Ensuite la toile est tendue sur le cadre et les profilés enfoncés dans leurs gouttière.

La toile n'est pas souple du tout. A deux il a été vraiment difficile d'obtenir un tendu uniforme sans plis

 

http://i54.tinypic.com/29wwnch.jpg

 

Ensuite la toile est coupée, il n'y a plus qu'à clipser les profilés alu de finition

Et voilà mon écran transsonore de 2m10 de base

 

http://i53.tinypic.com/2ijm5pe.jpg

 

 

Published by Niko
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 17:42
Après quelques mois d'hésitation entre compresseur ou turbine, je me suis fendu d'une station de peinture un peu balèze qui va me permettre de faire des choses propres.
Pourquoi la turbine? Tout d'abord pour une question de place, c'est quand même plus logeable qu'un compresseur.
Ensuite une question de budget, une turbine haut de gamme coute le prix d'un bon pistolet (sans compresseur).
Et enfin, c'est une formule plus versaltile. Avec ces deux pistolets, je peux aussi bien faire du vernis que de la lasure et des peintures intérieures.

Voici le modèle que j'ai retenu :

Et une petite pub gratuite
link
A lire les caractéristiques, c'est un monstre! On va tester tout ça.

C'est partit pour un essai.

Bon, petit test vite fait mal fait de la station de peinture : vitrificateur V33 mono composant à la flotte. Buse de 1.3 utilisée sur le pétard à godet inférieur. 3 couches à 20 minutes d'intervalle. La surface du bois était correcte, je ne l'ai pas poncé (j'aurais dû un peu)
Les photos et les aixeplications :
Brut de pistolage :
Image
Presque sec sur de l'hévéa
Image
Et pareil sur du merbeau
Image

Explicationes :
Les conditions n'étaient pas au top : buse trop grosse, surtout un peu trop de débit.

Malgré tout, le résultat est plus qu'encourageant (même s'il est loin d'être parfait). La peau d'orange est vraiment limitée, le travail de ponçage ne sera pas énorme pour retrouver une surface plane.

Demain re-test avec moins de débit et je vais laisser la turbine tourner quelques secondes avant de pistoler pour qu'elle ait le temps de chauffer l'air.

Et pour finir, une mention spéciale au nettoyage du pistolet, y'a pas plu simple : une fois de l'eau claire passée dans le pistolet, il était propre.

Essais 2
Vitrificateur V33 acrylique mono, buse de 1.3, pièce chauffée, ponçage rapide au 240, deux couches à 20 minutes d'intervalle, débit diminué par rapport à hier.

Brut de pistolage
Image

Et ensuite, accrochez vous mesdames et messieurs, surtout si vous n'aimez les vagues de surf: Il y a encore du boulot pour apprendre à faire ça correctement.
Image

Et sur le merbeau
Image

Explications : le tendu est quasi parfait sur les deux bois. Pas de peau d'orange du tout.
Le résultat est dégueu ici parce que : sur le pétard à godet inférieur, il y a une molette de réglage de largeur du jet. Je l'ai réglée sur un jet fin. Mais le débit de peinture reste le même!!! Résultat, avec un jet 3 fois plus fin, j'ai pulvérisé trois fois plus de peinture sur mon bout de bois.
Les défauts visibles sur le merbeau sont dus à la structure assez ouverte des pores du bois. Il faudrait encore quelques couches pour avoir une surface bien plane.

Résultat : cette station est une tuerie. Elle ne fait pas de miracles : un support ou un vernis dégueu donneront des trucs pas terribles. Par contre elle est capable de merveilles. Au moins aussi bien, si ce n'est mieux qu'un compresseur et un pétard hvlp (sauf en hdg avec une grosse expérience, évidemment mais là, il faut une cabine).


Essai 3, pistolet à gravité :
Conditions idem mais buse de 0.7 puis buse de 1.0.


En trois couches, le résultat est très positif aussi, par contre :
- j'ai mis beaucoup plus de temps à trouver les bons réglages.
Il n'y a vraiment qu'à la troisième couche que j'ai trouvé les réglages pour déposer un voile fin. Un peu trop fin d'ailleur (voir photos). Attention à ne pas traverser les couches en ponçant entre chaque ou en cas de poli/lustré.

- Le nettoyage est moins facile que le gros pétard mais on reste dans le très raisonnable.

- Le pistolet est 'soufflant' contrairement à l'autre, il souffle de l'air en continu. Avant de vernir, ça soulève la poussière et après ça pousse la peinture déposée et fait des vagues si on en a trop mis. Il faut choper le coup de main.

- Il y a presque trop de réglages et la difficulté de mesurer l'influence de chacun : un potard sur la turbine pour limiter le débit, une vis en haut du godet pour limiter ou non la descente de produit dans le pistolet et enfin la molette dédiée à la gachette qui permet de projeter plus ou moins de produit. Pas facile pour un non initié comme moi.

Le résultat : les couches très fines se sont très bien tendues, bien mieux qu'avec mon ancien Earlex.

Et dernier essai :
Pistolet à godet inférieur, buse de 1.0, débit réduit.

Le résultat tout de suite :

J'ai vraiment chargé fort. Première couche pour mouiller et deux couches de charge (de chez charge) à 5 minutes d'intervalle. pas parfait mais je suis content du résultat.





Conclusion : Tout d'abord, les photos ne donnent pas vraiment la réalité.
On doit pouvoir arriver à un excellent résultat avec le pétard à gravité. J'ai toutefois une préférence pour le gros (démonté au dessus) pour deux raisons toutes simples : la facilité des réglages et le fait que le pistolet ne souffle pas d'air tant qu'on n'appuie pas sur la gachette (un petit peu aussi pour la facilité de nettoyage, ce point n'étant pas du tout déterminant). On voit tout de suite l'influence d'un changement de réglage.
Je n'ai pas de cabine de peinture mais je pense pouvoir arriver à un très bon résultat avec quelques précautions et un peu d'apprentissage.

Et une recommandation : attention, la projection de produits solvantés peut être hautement inflammable. Et les sources d'étincelles sont nombreuses.

Bons vernis à tous ;-)
Krapo
Published by Niko
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 09:11
Parcourant les forums de boiseux et de  plus en plus accro au travail du bois, il y avait un projet qui me trottait dans la tête depuis longtemps : un établi.
Je voulais un faire un bel objet, fonctionnel
mais sans y mettre des somme colossales.

Mon souci est que mon atelier n'est pas isolé et donc les bois qui y sont sont soumis à des fortes variatons hygrométriques.
Donc exit le plateau en une seule pièce. J'ai donc choisi le latté. Et même du latté tridilentionnele puisque j'ai assemblé plusieurs planches ensemble.

Voici le dessin général de l'établi


Et voici un éclaté pour montrer la fabrication du plateau
4 planches de latté (2 de chêne et 2 de pin) et une ceinture en bois sympa. J'ai trouvé de l'Ipé qui est un bois pas sympa du tout tant qu'on ne lui a pas mis une couche d'huile : ça fend, ça éclate au rabotage, sa poussière est désagréable (et verte fluo!) c'est lourd à manipuler mais quand on passer de l'huile dessus, la seule réflexion est :"Waow, ça valait le coup".

Les planches sont collées/vissées, la ceinture est juste vissée. Les vis sont cachées par des bouchons en hêtre.

Le piètement est en hêtre, construction classique avec trois ceintures (haute, moyenne et basse). et des tiroirs en cp + façade en chêne sur la traverse moyenne.

La presse est fixée par des tiges filetées prises dans l'épaisseur des planches et dépassant sous le plateau

Pour la finition, j'ai passé plusieurs couhes d'huile de lin







Published by Niko
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:42

La préparation du bois

Mdf :  la tranche du médium boit beaucoup plus que la face. Donc si on lui applique une teinte, elle sera plus foncée sur le chant que sur la face (à moins d’avoir raboté ou poncé les faces). Pour le peindre, on peut le préparer avec  quasiment avec n’importe quel  apprêt (sous réserve de compatibilité avec la peinture qui viendra dessus) : fondur, peinture diluée, apprêt, enduit gras (pour les formes tarabiscotées).

Le massif : avant d’appliquer  la finition sur du bois, il faut le poncer. Mis à part sur des bois au fil très serré comme l’ébène ou le padouk, il n’est pas nécessaire de poncer du bois avec un papier plus haut que du grain 240 (voire même 180). Pour un ponçage efficace, on peut mouiller la surface qu’on vient de poncer et reponcer une fois sec. Les fibres couchées se seront relevées et une fois celles-ci poncées, la surface reste impeccable. Attention à ne pas utiliser de laine d’acier pour la dernière étape car des paillettes d’acier pourraient rester dans les pores du bois et vous pourrir votre belle finition avec une tache de rouille .

Avant la finition

Sur un bois (massif ou mdf), on peut appliquer une couche de fondur (ou bouche pores). Ca se barbouille au pinceau ou au pistolet et ça sèche vite (30min pour la plupart). Comme son nom l’indique, il va bloquer la surface du bois et empêcher qu’un produit ne rentre. On peut donc le vernir sans problèmes mais plus le teinter (une huile ne pourra pas non plus y pénétrer). Sous une peinture, on pourra utiliser une peinture diluée.

L’ordre normal d’application des produits est : teinte->fondur->vernis

Les teintes

Une teinte va pénétrer plus ou moins profondément dans le bois et lui donner une couleur différente. Elle ne fait pas de film en surface.

Il y a plusieurs façons de teinter un bois : soit utiliser une teinte, soit quelques recettes d’anciens plus ou moins dangereuses. Les teintes sont essentiellement de deux types : aqueuses ou solvantées (dites mordantes).  Les teintes en phase aqueuse vont être assez efficaces sur la plupart des bois et vont souvent respecter son dessin. Par contre certains bois vont necessiter une teinte mordante. Les bois gras par exemple ou même le pin ou l’érable (sycomore) dont certaines veines ne vont pas se teinter avec une teinte à l’eau.  Le résultat avec une teinte mordante donnera  une couleur beaucoup plus uniforme (pas forcément à mon goût). La teinte s’applique au chiffon ou au pinceau. La seule difficulté est de la répartir uniformément.i

Cas particulier des bois figurés : les bois ondés par exemple : on peux donner des effets très intéressants avec deux teintes (très utilisés en lutherie par exemple) une teinte noire, ponçage pour faire ressortir les ondes claires, puis une teinte de couleur

[img] http://lutherie-amateur.com/Forum/download/file.php?id=4466 [/img]credit Mike du forum de lutherie amateur.

Les trucs d’anciens (attention certaines méthodes sont dangereuses):

Pour foncer un bois tannique (chêne, noyer…) la recette la plus connue est de faire mariner plusieurs jours de la laine d’acier dans du vinaigre, filtrer,  puis de badigeonner le bois avec le mélange. Mais il y en a d’autres : laisser le bois sous une bâche avec une bassine d’ammoniac. Ou encore le sulfate de fer en solution (j’ai essayé d’en trouver mais c’est apparemment interdit à la vente en France sauf en mélange comme anti mousse).

Voici un post de nos amis canadiens sur plusieurs méthodes :

http://www.lamortaise.com/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=12335

Il existe aussi tout un tas de produits, dispos en gsb, pour donner un aspect particulier au bois : bois flotté, vieillisseur et autres.

Les produits de finition

Les peintures

Une peinture va former un film à la surface du bois.

Il en existe plusieurs sortes : acrylique ou glycéro. Les premières sont  en phase aqueuse, les deuxièmes sont en phase solvantée. Une peinture acrylique a pour avantage de ne pas sentir trop fort et les instruments se nettoient à l’eau. La peinture glycéro aura un meilleur tendu (surtout pour une laque) mais il faut se fader le nettoyage. Un truc pour nettoyer les instruments : ne pas utiliser du white spirit mais plutôt du diluant spécial (dispo en gsb) : on en consommera beaucoup moins.

Ces deux types de peintures peuvent s’appliquer (par ordre de qualité de rendu) : pinceau, rouleau, rouleau laqueur (en mousse sans poils) et enfin au pistolet (attention pour un usage au pétard, ne pas utiliser de la peinture monocouche sous peine de devoir trop la diluer).

Si on veut peindre un bois mais garder ses veines apparentes, il faut choisir un bois qui a du relief. Un beau fil ne se verra plus une fois peint. Par contre un bois comme le frêne présente des différences très marquées entre son bois d’été et son bois d’hiver. Les cernes d’hiver ont une structure très serrée alors que les cernes d’été présentent des pores très ouverts. Une fois peint, on a une alternance de cernes lisses et de cernes plus granuleuses. C’est un bois qui se teinte beaucoup en noir et donne des reflets intéressants.

Les vernis

Les vernis sont assimilables à des peintures transparentes. On les utilise de la même façon que les peintures et elles forment aussi un film à la surface du bois.

Le vernis va souvent modifier un peu la teinte du bois sur lequel il est appliqué. Pour avoir un aperçu du rendu final, on peut mouiller le bois et on voit la teinte finale (à peu près). Cette méthode est surtout valable sur les bois foncés (exotique, châtaigner, chêne, noyer).

Il existe aussi des vernis teintés. Par contre une fois la première couche passée, la teinte ne pénètrera plus dans le bois. On va foncer le tout mais le résultat n’est pas aussi beau qu’avec des produits séparés (teinte puis vernis).

Un vitrificateur est un vernis plus dur qu’un vernis de base. On peut l’utiliser sur n’importe quel support (peinture, bois teinté, bois brut) pour faire du poli lustré qui donne un très beau brillant avec peu de matériel. Il suffit en fait de polir et de lustrer plusieurs couches de vitrificateur.

On peux trouver facilement du matériel pour polir (papier de verre >1000, pâte à polir et autres) chez les distributeur de matériel auto.

Les cires

Les cires peuvent être appliquées sur quasiment tous les supports : bois brut, bois vernis, peinture… Elles vont donner un aspect satiné. La moins brillante est la cire d’abeille, et la plus brillante est la cire de Carnauba (cire végétale). Toutes les deux fondent à la chaleur et on peut doser son brillant en faisant son mélange soi même au bain marie. Le gros inconvénient des cires est qu’elles sont assez fragiles : elles ne protègent pas le bois des UV et elles marquent à l’eau.

Les huiles 

Les huiles que l’on peut utiliser sur le bois sont les huiles qui ont la particularité de polymériser, c'est-à-dire de sécher. Pour qu’elles sèchent un peu plus vite, on peut les aider un peu : on peut chauffer l’huile, on y rajoute du siccatif (dispo en gsb), et on peut exposer le tout au soleil.

Les huiles sont très diverses, ça va de l’huile d’olive (mais qui met quand même assez longtemps à polymériser), à l’huile de lin.

Beaucoup sont vendues sous des noms comme : huile de Tung, de Teck, de bois de Chine, Danoise. Il s’agit en fait de savants mélanges huile + siccatif + diluant. On peut faire le mélange soi même : par exemple 50% huile de lin, 50% térébenthine et quelques gouttes de siccatif.

Le résultat final protège bien le bois (un peu moins bien qu’un vernis mais bien mieux qu’une cire) et a un aspect moins plastique qu’un vernis. Le bois conserve sont toucher.

Application : il suffit de barbouiller le bois avec le mélange d’huile, laisser pénétrer pendant 5 minutes et ensuite bien essuyer le surplus qui n’est pas rentré dans le bois (sinon au séchage ça fait des pâtés). Le séchage prend 24 à 48h et on répète l’opération. Il faut autant de couches que le bois boit. On dit qu’il faut en passer jusqu’à ce qu’on ait l’impression de travailler pour rien.

 

Trucs et astuces

Toujours garder du rab du bois à traiter pour faire des essais de teintes et de finition car les couleurs peuvent varier énormément.

Faire attention à la compatibilité des produits se recouvrant : on peut se référer au diluant : un vernis à l’eau tiendra mieux (ou tiendra tout court) sur un fondur à l’eau.

La température joue un rôle non négligeable sur le tendu d’un vernis ou d’une peinture.

Travailler avec des peintures et des vernis hdg facilite vraiment le boulot (meilleur tendu)

Si on travaille dans un garage par exemple, on peut passer un coup d’eau sur le sol avant de vernir ou de laquer pour coller les poussières au sol.

Published by Niko
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 19:09
Depuis longtemps, je voulais une terrasse en bois mais que choisir?

On va commencer par un principe immuable : tous les bois grisent à coup sûr. Celà peut prendre de quelques heures (padouk)  à quelques mois. Une fois gris, deux solutions : dégriseur + saturateur tous les ans (voire deux fois par an soit 3 à 6 jours de boulot...), soit on décide que la teinte grise est finalement acceptable.

Pour le matériaun il y a plusieurs possibilités :

- Le bois exotique (Ipé, Massaranduba...)

C'est le plus beau (la première semaine). Les bois sont le plus souvent imputrescibles et les plus durables.

Par contre ils sont chers, beaucoup proviennent de déforestation de masse, et ils prennent une couleur grise foncée  qui ne me plait pas.
De plus, le traitement dégriseur/saturateur tous les ans revient assez cher.
 
- Le composite

Ce sont des lames en aglomérat de copeaux liés par une résine (pvc ou polyplastique).

Le dessin sur ces lames tente de reproduire le dessin du bois. Sur une terrasse, l'aspect est très uniforme.
L'avantage serait une meilleure stabilité dimensionnelle et de couleur (il parait que ça grise quand même au bout de quelques années), et un entretien quasi nul (un ou deux coups de javel anti mousse par an).

C'est tentant, mais (il faut bien qu'il y ait des mais), c'est encore plus cher que le bois exotique (les lames demandent plus de soutien, donc plus de lambourdes aussi. Ca n'est disponible quasiment qu'en système sans vis (des clips sur la tranche des lames) donc difficilement démontables. Et enfin, c'est juste mon avis, mais je n'aime pas vraiment l'aspect (certaines planches haut de gamme pour lequelles on m'a fait un devis faramineux ressemblaient à des planches de coffrage teinté...)


- Un bois autoclavé

En général du pin. Il est autoclavé avec des sels de cuivre (d'où la couleur verte). Très résistant sauf à l'usure (le pin est un bois tendre. Il grise aussi et la teinte verte s'estompe avec le temps. C'est la solution la moins chère mais aussi la moins durable (sans contact, le bois tient très bien, mais le problème est qu'on marche sur une terrasse).


Un compromis :

De ce que j'ai retenu : bois exotique : cher à l'achat et cher et pénible à l'entretien. Composite : moche (avis perso) et très cher. Pin autoclave : taches vertes moches et peu résistant mécaniquement (j'ai peur des échardes dans les pieds des enfants).

Il n'y a pas de solution universelle mais heureusement, je pense avoir trouvé un compromis acceptable.
Il existe des bois qui poussent chez nous, de classe III (donc imutrescibles aussi), plus résistants de du pin, pas trop chers. Il s'agit du pin Douglas et du Mélèze.

Par chez moi, c'est du mélèze.  L'avantage, non négligeable, que je lui trouve : c'est un bois clair, donc il grise argenté (gris clair). J'ai choisi un entretien sans dégriseur, je teindrais le bois une fois qu'il aura grisé, le résultat devrait être brun l'année prochaine.
Le défaut est que c'est un bois assez tendre (mais plus costaud que du pin) donc je vais devoir surveiller un peu.

Allez, on attaque


Première lambourde. Elles sont en pin autoclave, de sect:ion 70x70 et nécessitent un soutien tous les 1m20. En fait, j'en ai placé un tous les 50cm
Et les autres. Les lames de mélèze de 27mm demandent un appui tous les 60cm, il y a une lambourde tous les 50. Cette partie fait 4m par 7.

Mise en place du film géotextile (si on peux éviter ces cochoneries de pissenlits...)

Début de la mise en place des lames

la suite sur la deuxième partie de la terrasse

et toutes les lames sont mises en place

et une vue des deux parties
































Aménagement du carré de verdure avec du film géotextile, ce sera planté en automne.

Une autre

Une petite dernière (va fallir trouver une solution pour le mur avant de planter).

Et j'ai refais la barrière, le portail, les escaliers et la main courante

Mais courante en mélèze, cables en inox

Et une vue d'ensemble (floue).










Published by Niko
commenter cet article
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 21:06
Pour le home cinema, j'ai installé les inspirations Cremona Auditor. Seulement voilà, ma centrale Atohm Hegoa, bien qu'étant une très bonne centrale, ne se raccorde pas très bien aux duos Scan Speak / Vifa XT25, plus rapides et précis.
Donc je change.

Comme c'est pour une enceinte centrale, je n'ai pas trop envie de refaire une inspiration Cremona et de la coucher. Il me faut donc une caisse pour le Scan Speak et j'ai choisi une solution plus originale pour le tweeter : il sera débafflé sur le dessus de cette caisse et inclus dans une ogive.

Pour inclure le tweeter dans une ogive, le XT25TG30-04 est un peu trop gros (10,4cm de diamètre). Mais il existe aussi avec un moteur et une platine plus petits : c'est le XT25SC90. Il ne mesure que 6,5cm de diamètre, ce qui colle plus à mon projet.

Le filtre est donc inchangé, le voici :
undefined
C'est le même filtre série que celui des principales.

La caisse du Scanspeak reprendra le design des pricipales, sans les côtés cintrés mais avec la face supérieure bombée et une façade chanfreinée et recouverte avec du cuir.

Pas facile de dessiner une ogive avec Sketchup mais on y arrive. La simulation n'est pas à l'échelle et il n'y aura pas de décalage vertical entre le tweeter et le bas médium (l'ogive sera aussi un peu plus fine).

On va essayer de s'approcher de ça :

Le volume de la caisse est de 8 litres net, l'évent mesure 5,5cm de diamètre et fait 13cm de long.

On commence par l'ogive du tweeter.
J'ai une poutre en tilleul sec. C'est un bois au fil assez fin. Ca sera parfait. Au commencement, ça ressemble à ça :
Puis on met au rond :
Avec la gouge à dégrossir, ça dépote :
Ensuite on calibre en fonction du plan que j'ai fais pour avoir quelques repères :
On vérifie au pied à coulisse
Ensuite on peux profiler à la gouge
En cours
Et enfin, on peux poncer sur le tour
Temps total pour l'ogive : moins d'une heure.

Ensuite, on passe à la caisse. Pour la boite, rien de particulier. Assemblage à lamellos. Par contre le sessus a un traitement de faveur, il est bombé. Le gabarit d'Anthropovergnat pour défoncer en courbe :
Je me suis un peu loupé sur un bord, ça sent la patabois!
Je me suis approché de la forme finéle au rabot, puis défonçage, puis rabot pour bien égaliser :
Ensuite on passe à la façade. Ce coup ci, pas de ponceuse ni de rabot électrique, que du manuel :
Pas de poussière partout dans les narines, que des gros copeaux par terre. Pas de bruit non plus, que du bonheur, je deviens accro à cet outil :

Ensuite, il faut réaliser un arrondi concave sur le dessous de l'ogive pour qu'elle se raccorde au dessus de la caisse. On réalise un gabarit pour la maintenir en place. Tout d'abord, un gabarit en L :
undefined
Puis on fixe l'ogive dessus
undefined
Et on passe tout ça sur la balançoire
undefinedVoici le résultat avec un méchant rappel à l'ordre en ce qui concerne la défonceuse : toujours utiliser une fraise correctement affutée
undefined
Et voilà le résultat  avec  la façade collée et l'enduit passéundefinedBon, l'enduit a séché, j'ai poncé, on peut continuer : j'ai retravaillé un poil l'arrondi du dessus de la façade pour que le raccord entre l'ogive et la caisse soit nickel :
undefined
undefinedEt j'ai fais la future base du pied. Les deux mièces avec leur couche d'apprêt pendant le séchage :
undefined
Bon, la mise en peinture du pied et de l'ogive est faite. Ce n'est pas parfait mais je m'arrête là. L'idéal serait de faire du poli lustré : d'abord de l'apprêt, puis peinture, puis plusieurs couches de vitrificateur et enfin ponçage et polishage du vitrificateur mais je ne le sens pas trop sur une surface courbe. Voici l'ogive :
undefinedundefined
Ensuite on passe à l'étape qui me faisait le plus peur : remettre le tweeter dans l'ogive. En séchant, le bois s'est beaucoup rétracté, donc il a fallu écarter les joues de l'ogive pour réincruster le tweeter. Voilà le résultat :
undefinedEt moi qui avais peur que la peinture s'écaille... Il n'y a plus qu'à recommencer mais en mdf cette fois.

Finalement, après réflexion, l'ogive ne sera pas en mdf. Je vais tenter un truc : le tournage de bois collés. J'ai collé 4 pièces de bois exotique en intercallant des feuilles de placage de sycomore pour contraster. Le bois exotique + le collage, ça ne devrait plus bouger dans le temps.
Voici le résultat brut de tournage ponçage :

Sur cette photo, on voit bien les 4 pièces et les feuilles de placage
Le bois a un dessin sympa, ça fait des vaguelettes :

Et le revoilà avec une couche de finition : huile danoise :

Essai concluant (appréciation de madame!)


Ensuite, il a fallu trouver une teinte qui s'accorderait avec celle de l'ogive pour les côtés et l'arrière. Le bois à teinter est du cp de bouleau. J'ai trouvé une teinte merisier qui est dans les mêmes nuances.
La première couche a donné la même couleur mais elle n'était pas très jolie et uniforme. La deuxième couche fonce un peu plus mais ce n'est pas trop gênant :

La couche de finition et les égrnages vont un peu éclaircir le tout.
Pendant le séchage, j'ai tendu le cuir sur l'enceinte et vérifié le raccord avec l'ogive

Après un essai infructeux de vernis sur les côtés teintés (le vernis a dilué la teinte qui n'était vraisemblablement pas assez sèche), j'ai tout repassé au racloir et recommencé : teinte (une seule couche ce coup-ci) puis huile danoise avec égrnage entre couches à la laine d'acier :

J'ai collé les plaques de parement finies sur l'enceinte. Malheuresement, elles ont bougé au collage et les angles à l'arrière de la caisse étaient moches.

Un petit truc pour éviter que ça bouge dans ces cas là : j'aurais dû planter deux ou trois clous dans la caisse, puis les couper ne laissant dépasser qu'un ou deux milimètres. Ces clous auraient empêché les plaques de bouger.

Bon, donc ça a bougé et c'est moche. Deux solutions : on recommence tout ou bien on refait uniquement les angles. C'est bien évidemment cette solution que j'ai choisie.
J'ai passé un coup de défonceuse dans les angles et j'ai réalisé des baguettes (avec des chutes de hêtre) pour refaire ces angles propres.

Pendant ce temps là, séchage de la peinture du pied.

Ensuite, le pied est vissé à l'enceinte par l'intermédiaire d'une tige filetée. Les écrous sont vissés solidement sous le pied et dans l'enceinte. Ca ne bougera plus.

Ensuite le filtre :

Prêt à être dévoré par la bête

Dites "Aaaaah". La photo est trompeuse, les tubes du pied sont bien verticaux

Y'a plus qu'à mettre l'amortissant (pas trop), les écrous à frapper (mais pas trop fort) et monter le Scan Speak :

Voilà, y'a plus qu'à installer, roder et profiter ;-)

J'ai quand même changé les vis sur le tweeter :


Et voici ce que ça donne à sa place :

Reste à roder et peaufiner les réglages. Le résultat est à la hauteur de mes espérances : on n'entent plus trois enceintes à l'avant mais une vraie scène sonore. Les voies sortent de l'écran et tout se raccorde bien (avec les petits défauts dûs au manque de rodage de la centrale mais ça va se mettre dans l'ordre).

A bientôt
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 13:09
Afin de créer un peu plus d'espace, ma moitié et moi voulions agrandir la maison. Nous sommes tombés d'accord que cet espace supplémentaire serait, au moins les premières années, un espace jeux / home cinema ( ...yes !).

Voici la maison avant les travaux :

Le but est de surélever la toiture sur la gauche de la maison.

Donc on a fait sauter cette toiture et on a monté les murs :

Et voici le résultat après quelques semaines :

Voilà, le gros oeuvre est réalisé, il ne nous reste plus qu'à faire tous les aménagements intérieurs : doublage des solives, pose du sol, raccordement au chauffage, isolation, electricité, placo et déco. Les dimensions de la pièce sont les suivantes : L 7m60; l 3m80; h 1m70 d'un côté et 3m10 de l'autre.

Le sol : dalles OSB 22mm classiques assemblées à rainures et languettes et posées sur les solives après avoir intercallé des bandes de sous couche rigide 5mm (pour atténuer les résonnances et les vibrations).

Le placo : pour que les murs ne jouent pas les peaux de tambour, tous les montants sont doublés. L'ensemble est suffisamment rigide.

Electricité : pour prévoir d'éventuelles modifications, j'ai tiré une ligne depuis l'arrivée du courant vers un deuxième tableau indépendant pour cette pièce.

Eclairage : Il y a trois zones : une avant, une centrale avec variateur et une arrière. Toutes trois télécommandables (IR). Pour le fun, j'ai rajouté le long du mur le plus haut une rangée de petites leds (éclairage d'appoint pendant une vidéoprojection)

Pour la déco, voici ce que nous avons choisi : cette pièce doit être une pièce à vivre. Les murs et le plafond intégralement noirs étaient hors de question. Seule la partie avant (1/3 de la pièce) du plafond est peinte de couleur sombre. Les murs sont recouverts d'enduit couleur "Terre de Sienne" et on a posé du jonc de mer au sol.

L'aménagement : comme un dessin vaut mieux qu'un long discours :

Traitement du son : le principe est le LEDE (Live End, Dead End) : à savoir l'avant de la pièce absorbante et l'arrière diffusante.
Pour des raisons esthétiques, je n'ai pas travaillé le côté diffusant de l'arrière de la pièce mais le son est satisfaisant comme ça.
La partie avant reçoit un traitement absorbant sur 1m20 de hauteur. Il s'agit de panneaux de laine de chanvre de 100mm recouverte par du tissus.

C'est fou comme ce traitement 'calme' la pièce. Le son est feutré et précis. Même les conversations y sont plus agréables. Juste par ce traitement, la pièce dégage une certaine sérénité, on s'y sent bien, au calme.

La partie projection : j'ai essayé (sans succès) différents systèmes et bidouilles pour fixer un écran classique (déroulant vers le bas) mais je n'ai rien trouvé de satisfaisant : il y a une fenêtre derrière l'écran qu'il faut pouvoir ouvrir et le plafond arrive au plus bas à 1m70. Donc un carter d'écran arrive en plein millieu de la fenêtre.
J'ai finalement trouvé mon bonheur chez Oray qui propose un écran déroulable vers le haut et qui s'enroule dans un carter assez esthétique.
http://www.son-video.com/Rayons/HomeCinema/Ecrans/Oray/FlyMono/FlyMono.jpg
C'est un écran au format 4/3 mais le bas sera peint pour le ramener au format 16/9°.

Et voici ce que ça donne :
En arrivant dans la pièce :
Puis un quart de tour à gauche :
Le débord qu'on voit à droite, c'est le conduit de la VMC

Sur la partie gauche de la pièce, la bibliothèque et les électroniques. Un autre meuble est venu s'incruster dans la pièce : le bureau de madame
Vue depuis l'écran :

En situation de projection avec le projo sortit de sa cabane et l'écran déroulé :

Bon, sans le flash, ça rend un peu mieux (même si les photos sont floues)

Et voilà!
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 12:11
Il y a quelques mois, nous avons découvert les règles du Texas Hold'em, une variante du poker fermé que nous connaissons tous et qui lui donne un tout autre intérêt. Donc merci Patriiiiiiick.
Ce jeu est génial, il demande de la psychologie, des maths et une bonne paire d... enfin du sang froid.

A tous ceux qui croient que le poker n'est qu'un jeu de bluffeurs/menteurs, essayez sans a prioris, vous verrez si c'est si facile. Ce n'est pas non plus un jeu de chance (pourquoi sont-ce toujours les mêmes qui gagnent les grands tournois?)
Voici un des nombreux sites expliquant les règles. On dit qu'il  faut 2  minutes pour les apprendre (c'est vrai) et 20 ans pour les assimiler (je n'y suis pas encore)
http://www.poker-yes.com/texas-hold-em.html

Donc le cadre est posé. Comme j'aime bien les choses bien faites, j'aime bien une partie qui a "de la gueule", d'où la construction d'une table de poker.
C'est dans ce cadre là que j'ai découvert le forum américain des "mecs qui font des tables de poker"
http://www.scottkeen.com/forum/index.php

On peut y voir beaucoup de tables de toutes inspirations. La forme traditionnelle est une forme en circuit de Daytona (ou en forme de gélule si vous préférez. Avec un boudin sur le pourtour pour ne pas s'abimer ses petits bras potelés. Après les avis divergent (et comme le disait Desproges : "Et diverge c'est énorme!").
J'ai choisi un rail en bois pour poser et admirer les gratte ciels de jetons posés devant chaqun. Ce rail contient des "cup holder" mais qui servent surtout de "Beer holder". Ca permet à chacun de poser son breuvage et surtout de ne pas le renverser : le premier qui me salope mon tapis tout neuf, j'en fais de la chair à saucisse, c'est dit!

Voici un plan en coupe de la réalisation :

Il n'y a pas de difficultés particulières pour la fabrication. J'ai utilisé du mdf 10mm et 18mm et du contre plaqué de 10mm.
La mousse utilisée devait être assez rigide pour ne pas trop se déformer si on s'appuie avec les coudes. J'ai utilisé de la sous couche blanche pour parquets flottants. 4 couches pour le rail et deux pour le tapis.
Le vynil et le tapis sont agraffés par dessous. Vouci une méthode pour ne pas avoir de plis :
http://www.scottkeen.com/forum/viewtopic.php?t=5874

Le seul véritable soin à apporter est dans la découpe des arrondis : à la scie sauteuse ou à la défonceuse avec une newbinette : http://www.newbinette.com/

Pour le tapis, on peux même le personnaliser en le faisant imprimer. L'impression la plus durable est la sublimation mais elle est chère. Pour des raisons de coût, j'ai choisi l'option transfert par un imprimeur. Il a utilisé ce qu'il appelle du Flex. Transfert assez flexible et très résistant (j'ai testé).

Pour le logo, j'ai fais appel à une amie aux doigts de fée (pas de méprise, je parle bien du dessin) et qui m'a compilé un logo que j'aime beaucoup, lisible sur plusieurs niveaux, enfin très classe. Mad' encore un grand merci pour ces heures de boulot à refaire et refaire encore le bidule.

Pour une question de place, j'ai choisi de faire une petite table (1m par 1m50). Confortable pour 6 personnes mais on peut y tenir à 8 (il suffit d'en éliminer rapidement deux!)

Il y aura autour de cette table 6 fauteuils de cinéma (très confortables). On peut en voir un sur la première photo.
La pièce home cinema/poker dans laquelle la table prendra place n'est pas encore terminée mais l'impatience a encore gagné, voilà le résultat :

Tiens? il faut que je nettoie mon objectif. C'est ça de faire des photos dans un atelier après ponçage.
Le logo de plus près
Et  avec le rail allumé. Je m'attendais à  ce que ça fasse plus kitsch  que ça mais  finalement c'est pas mal du tout.
C'est beau un rail la nuit

J'ai tout simplement utilisé une guirlande lumineuse extérieure
Les couleurs sont déformées mais ça donne une idée :
Published by Niko - dans krapo
commenter cet article

Articles Récents